img_1707

« Le verbe était la lumière qui éclaire tout homme en venant dans ce monde », nous dit l’évangile de Jean ce matin. Cette nuit, Jésus était entouré par l’affection de sa famille, ce matin il est proclamé lumière pour le monde. Il n’est plus seulement entouré par la lumière de ses proches, il devient lumière pour se faire proche de chacun. Une lumière qui donnera une clarté nouvelle au monde.

Vous le savez, je vous l’ai déjà dit, on constate qu’il y a de la lumière quand on voit la personne qui se trouve en face de soi. Si Jésus est lumière du monde,On le voit quand on se voit.

Cette nuit, nous avons célébré la naissance de Jésus, petit enfant né au milieu de sa famille dans une histoire ordinaire. En Jésus, par Marie, Dieu est devenu homme et ce matin en entendant que le Christ est lumière du monde, c’est l’homme qui devient Dieu.

En une nuit, nous sommes passés de l’histoire de la naissance de Jésus à Bethléem, au rayonnement de la lumière de Dieu dans toute l’existence humaine.

Certains diront que cette messe est la même que cette nuit, oui, nous fêtons aussi la naissance de Jésus mais sous un angle nouveau. Cette nuit, Jésus est né dans notre histoire et ce matin, c’est lui qui vient naître en nous. Jésus va grandir en nous si nous laissons la lumière nous éclairer et révéler nos couleurs originales. Aujourd’hui le verbe se fait chair, il habite parmi nous. Nous l’avons célébré cette nuit, Jésus est né de Marie qui s’est laissé faire par Dieu, elle a dit oui, elle a donné son accord pour enfanter Jésus.

Comme Dieu avait créé le ciel et la terre au premier jour de la création, après avoir créé le monde ; aujourd’hui il a tiré son fils de sa mère pour le faire être parmi nous. Par Jésus, Dieu est devenu chair, Dieu est devenu un être humain. Vulnérable comme chacun de nous. Et comme nous connaissons sa vie nous savons que Jésus va souffrir et mourir à la croix. Dire je crois que Dieu est né en Jésus, c’est déjà accepter que la croix fasse partie de notre vie. Tous nous sommes accidentés par la vie, tous nous connaissons des périodes obscures dans nos existences. Et aujourd’hui la lumière vient habiter chez nous, elle transfigure notre vie. Dieu nous donne cette puissance de croissance pour nous tirer vers le haut,

Marie s’est abandonnée à la grâce de Dieu pour enfanter Jésus. On pourrait, à partir de cette naissance, être tenté de nous souvenir seulement d’un moment historique; Jésus est né, il a laissé le bœuf et l’âne pour aller proclamer la bonne nouvelle. Ce dimanche matin, nous sommes déjà au-delà de cette petite histoire confidentielle, saint Jean vient nous ouvrir à un avenir nouveau. En devenant lumière, Jésus nous entraîne à le rencontrer dans la nouveauté permanente du futur. On dit parfois d’une personne âgée que c’est une vieille personne. Pourtant n’est-elle pas éclairée comme l’enfant par cette lumière nouvelle? La lumière a ceci de particulier, elle n’est jamais vieille, mais toujours nouvelle. Dieu, ce matin vient renaître en chacun de nous, Il ne devient pas seulement comme nous, il devient nous. en nous inondant de sa lumière pour que nous puissions la rayonner comme lui dans le monde. C’est cela la bonne nouvelle.

Par cette lumière qui nous est donnée aujourd’hui, la naissance de Jésus n’est pas simplement un événement de l’histoire, elle est la condition de notre histoire. Par Jésus, notre histoire prend une couleur nouvelle si nous acceptons toutefois de laisser convertir le vieil homme avec ses vieilles certitudes, ses vieilles réponses. Par Jésus, notre vie ne sera jamais une vieille histoire, elle sera toujours nouvelle comme le dit le livre de l’Apocalypse.

Plutôt que de se situer comme un point lumineux derrière nous il y a plus de 2000 ans, Dieu nous devance et nous attend partout, spécialement là où quelqu’un est blessé, souffrant.

Aujourd’hui c’est Noël, Jésus, lumière du monde nous a attiré vers lui et désormais il nous guide en nous tirant vers Dieu car il est notre lumière, nous sommes accrochés à son étoile. On comprend alors pourquoi c’est tous les jours Noël.

Fr. Pierre Gabriel

Lectures de la messe :
Is 52, 7-10
Ps 97
He 1, 1-6
Jn 1, 1-18

© 2016 - Monastère Saint-Remacle de Wavreumont

Nous suivre :