ascension

Que ce soit dans les Actes des Apôtres ou dans son évangile lorsqu’il évoque l’Ascension de Jésus, Luc insiste sur le fait de voir Jésus enlevé ou emporté au ciel. Pourquoi cela est-il aussi important pour les Apôtres ? La clé se trouve dans le premier testament, dans le 2ème livre des Rois (2, 1-14), lors de l’ascension d’Élie. On y trouve déjà la même insistance : ” Élisée héritera de l’Esprit prophétique d’Élie s’il voit l’enlèvement céleste de son maître. Et il le voit ! Or pour Luc, Jésus est le nouvel Élie. Comme Élisée héritera de l’Esprit d’Élie, de même les Apôtres vont hériter de l’Esprit prophétique de Jésus. Un Esprit qui ne vient pas d’un homme mais qui vient d’en haut, de Dieu.” (Feu Nouveau 62/4- 2019, p.12)

Cet Esprit, promis par Jésus, permet aux Apôtres de comprendre le sens des événements qu’ils venaient de vivre sans quoi, ils seraient tristes d’avoir perdu leur Maître. Il les invite à relire l’histoire de leurs pères et mères dans la foi au Christ, comme un parcours les conduisant à la révélation de Jésus lui-même.

Mais pour cela, il faut que Jésus se retire, qu’il se soustraie au regard des Apôtres, au regard des hommes. L’Ascension ouvre le temps de l’absence de Jésus. Cette absence n’est pas abandon, mais condition d’une nouvelle présence par l’Esprit ( Ac.1,8 ; 2,1-13). Elle ouvre sur un nouveau mode de présence selon la promesse de Jésus. Cette absence-présence, les disciples l’ont expérimentée au soir de Pâques. Quand ils étaient réunis en son nom, Jésus s’est trouvé là au milieu d’eux, sans être entré par la porte ! Expérience que nous vivons, à notre mesure, par rapport à nos proches défunts si nous les laissons poursuivre leur chemin à la suite de Jésus. Cela prend parfois beaucoup de temps !

Aux yeux de la foi, présence réelle de Jésus encore, à travers le signe du Corps livré pour tous et du sang de l’Alliance nouvelle versé pour la multitude. Présence réelle qui, hier, transforma les disciples et qui continue à nous transformer aujourd’hui. Présence qui rendit les disciples comme Jésus, au sein même de leurs fragilités. Ainsi l’exprimait si bien Jean Vanier pour aujourd’hui : être disciples de Jésus, c’est passer d’une relation de l’esprit (Que cherchez-vous? Comment cela se fera-t-il?), à une relation du voir, du toucher (Thomas) pour aboutir à une relation de cœur à cœur, de plus en plus profonde avec Jésus (disciple bien aimé selon Jean). Et Jean Vanier ajoute : relation de plus en plus profonde avec les personnes rencontrées dans la vie, en particulier avec celles blessées par la vie ! Relation enracinée dans l’amour de Jésus qui croit, qui endure, qui espère alors que notre monde met en valeur la réussite, la maîtrise, l’art de bien se vendre, de bien communiquer…

Dès lors, le cœur des Apôtres s’ouvre. Si, dans un premier temps, temps de l’attente, les Apôtres sont invités à ne pas quitter Jérusalem, à rester ensemble, l’Esprit et les rencontres les pousseront à élargir leur mission à toutes les nations. “ L’invisibilité de Jésus fait place à la visibilité d’une communauté d’hommes et de femmes que Luc cite juste après son récit de l’Ascension dans les Actes. ” (Daniel Marguerat) (suite de la première lecture) En s’effaçant du monde, le Ressuscité ouvre un espace dans lequel la communauté des croyants concrétisera sa présence cachée! Expérience éclairante pour tout parent, pour tout éducateur lorsque les jeunes se lancent dans la vie!

Frères et sours, accueillons l’invitation faite aux disciples après la disparition de Jésus :”Hommes et femmes pourquoi êtes-vous plantés là à regarder le ciel ? (Ac 1, 11). « Les signes de Dieu ne sont pas observables dans un au-delà du monde, mais au-dedans de l’histoire.” (Daniel Marguerat). Comme les disciples retournant à Jérusalem, retournons chez nous avec joie! Dieu nous fait confiance en nous invitant à poursuivre la présence et l’oeuvre de son Fils, non comme des serviteurs craintifs mais comme ses amis bien aimés, imaginatifs témoignant à tous que le Christ nous précède dans la maison de son Père, de notre Père.

N.B. Les citations de Daniel Marguerat sont extraites de Un admirable christianisme. Relire les Actes des Apôtres. Édit. Du Moulin 2010

Fr. Jean-Albert Dumoulin

Lectures de la messe :
Ac 1, 1-11
Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9
He 9, 24-28 ; 10, 19-23
Lc 24, 46-53

61667192_10218910457337581_7147196721552949248_o

© 2016 - Monastère Saint-Remacle de Wavreumont

Nous suivre :