prieur2

Bien chers amis,

En cette période de fêtes, nous gardons l’habitude de nous envoyer des vœux de bonheur dans l’ambiance de Noël qui célèbre une naissance et le regard posé sur un nouveau calendrier qui indique un recommencement…

Comme disciples de Jésus, nous pouvons nous souhaiter d’être heureux en Christ, nous souvenant qu’avant de proclamer les béatitudes, il a surmonté les tentations et appelé ses premiers apôtres. Cela veut dire que, pour nous, le bonheur, c’est la vie en Dieu, la source de tout bien.

Nous vous souhaitons donc d’être de plus en plus libres avec le Christ, de repérer ce qui entrave votre liberté et de surmonter avec lui les pièges du repli sur soi ou de la toute-puissance, symbolisés par le roi Hérode, dans l’évangile de l’enfance. Chassons loin de nous ces mouvements internes qui éloignent notre regard du fil de l’étoile : tendances à accaparer, soupçons, méfiance, colère, tristesse, indifférence, rancune, peur, agressivité,… L’enfant qui vient nous apporte la liberté,… offrons-lui notre libération.

L’âme dégagée de ses chaînes, nous pourrons alors suivre la deuxième étape : répondre à l’appel de l’enfant pour tisser les relations du Royaume. Son statut de fils, il le partage et nous fait entrer dans la fraternité des enfants de Dieu : c’est notre trésor et nous devons en prendre soin par notre bienveillance réciproque, par l’attention et l’entraide, par la solidarité et la lutte contre l’injustice. Il nous aidera à amener de la lumière là où on n’y voit plus rien, à ranimer la vie là où on languit, à faire de nos différences une communauté et pas une uniformité. Nous porter les uns les autres dans un monde où l’autre devient de trop, c’est un témoignage important.

Ainsi, nous pourrons encore nous tourner vers l’avenir en alliant Tradition et questions inédites, authenticité et ouverture, en suivant Jésus dans sa pédagogie du don de soi, du lange de la mangeoire jusqu’à la lumière inespérée dans le tombeau.

Joyeux Noël et heureuse année 2020.

Frère Renaud