Au fil des jours : juillet-septembre 2018

Afin de nous préparer à l’accueil des nombreux groupes de l’été, nous remplaçons la sono du Moulin pour une meilleure qualité d’écoute des conférences. Et du côté de la cuisine, nous acquérons un nouveau système de « douches » : rien à voir avec l’hygiène corporelle, il s’agit surtout de cuire en douceur potages et petits légumes.

Après notre visite de la bibliothèque du séminaire de Liège, nous faisons un inventaire de nos livres anciens. Sur le conseil de Monsieur Yves Charlier, nous leur prodiguons un délicat cirage du cuir des couvertures, ce qui les aidera à poursuivre leur traversée des ans.

Le 11 juillet, nous fêtons saint Benoît et la communauté flamande, dignement représentée par la priesterfraterniteit de Charles de Foucauld, animée par le frère Benoît Standaert.

Pour quelques dimanches, nous assurons le service des messes radiodiffusées à la RTBF.

Du 19 au 22 juillet, nous vivons la session « Comment penser un monde nouveau ? » Environ 70 participants suivent des conférences multidisciplinaires, et visitent des ateliers en vue d’inventer de nouvelles façons d’habiter notre monde et de vivre ensemble.

Au Pérou, Christine Perrier des États-Unis, fait son engagement définitif pour la communauté de Chucuito.

Début août, Frère Beto fait son stage annuel de céramique.

Nous rencontrons le groupe de l’Arche de Trosly, en vacances à Mambré.

L’entrée de l’atelier de Sema-Vinyl est un peu éclaircie par un élagage de branches pour un passage plus aisé des camions, et le sol de l’entrée principale est nivelé en vue d’un déplacement correct du gerbeur.

Le dimanche 12 août aux vêpres : engagement dans l’oblature séculière de Rino et Vio Gasperin de l’Église Réformée de Belgique.

Le dimanche 19 août, au cours de l’eucharistie dominicale, nous honorons nos voisins Monsieur et Madame de Borman qui fêtent leur anniversaire de 60 ans de mariage.

Étienne Delneuville, un cousin de frère Paul, vient partager notre vie durant une année. Il est professeur de religion, organiste, et a également travaillé à la radio.

Le 26 août, Joseph Godenir décède soudainement chez nous. Il était un familier de notre communauté et y faisait des séjours réguliers. Homme savant, philosophe, théologien et orientaliste, il était avant tout un grand priant et un infatigable chercheur de Dieu dans l’authenticité et la simplicité. Nous chantons l’office des défunts à sa mémoire. Frère Luc et frère Xavier se rendent à ses funérailles à Gilly.

Le 2 septembre, nous fêtons saint Remacle, mais aussi Henri Bastin qui se retire de sa fonction de doyen de l’Ardenne. Nous rendons grâce pour son ministère et notre bonne collaboration avec lui durant toutes ces années.

Du 4 au 11 septembre, frère François et frère Renaud participent au chapitre général de notre congrégation à Subiaco. C’est donc sur le lieu de naissance de la vie bénédictine (et de Gina Lollobrigida) que nous élisons un nouvel abbé président : frère Maksymilian, de Lubin en Pologne. Il a 39 ans, a creusé la pratique de la méditation, le dialogue avec le bouddhisme et travaillait depuis six ans dans le conseil du Père Ansgar. Nous tenons à remercier chaleureusement ce dernier pour son service infatigable en faveur de nos communautés. Il restera, nous l’espérons, bien présent et actif dans la vie de notre congrégation. L’affiliation de Chucuito à notre congrégation est acceptée par le chapitre général.

Frère Xavier a réaménagé la page « Pérou » sur notre site avec un texte de présentation de frère Bernard.

Le 15 septembre, frère François est en Suisse pour bénir le mariage de Pauline et Guy Arpin. Guy a vécu une année chez nous et nous a offert Kintin, notre saint-bernard, en remerciement. Un cadeau inoubliable…

Frère Jean-Albert passe quelques jours chez nos frères de Maredsous.

Du 16 au 20 septembre, frère Renaud anime la retraite des trappistines de Soleilmont.

Le 25 septembre commence un nouveau cycle de cours de philosophie, donnés par l’Abbé Philippe Thiry, sur la volonté chez Paul Ricoeur.

Le 30 septembre nous avons un recyclage avec le professeur Hans Ausloos sur la pertinence de continuer à lire la Bible aujourd’hui.