Au fil des jours : juillet-septembre 2017

Le 5 juillet, nous rencontrons l’abbé Jésus Delgado, qui fut secrétaire personnel de Monseigneur Romero. Il nous fait le récit de cette vie donnée à Dieu et à son peuple opprimé. Son talent de prédicateur était tel que ses homélies radiodiffusées étaient suivies partout : dans les commerces, les maisons privées, la rue,… L’abbé Delgado se souvient qu’il lui arrivait de traverser la ville en ne perdant pas une bribe de son sermon, rien qu’en tendant l’oreille d’un transistor à l’autre. Son martyre en pleine eucharistie nous rappelle que notre foi est aussi affaire de résistance et de combat.

jesus-delgado

Le 17 juillet, quelques frères visitent le jardin collectif de Waimes sous la guidance de monsieur Philippe Bonnert.

Le 23 juillet, Detelina et ses élèves enluminent notre eucharistie dominicale par quelques chants orthodoxes bulgares.

Le 27 juillet, notre cuisinière Colette Conforti effectue son dernier jour de travail avant sa retraite. Nous lui rappelons la maxime de Brillat-Savarin : « La découverte d’un mets nouveau fait plus pour le genre humain que la découverte d’une étoile. » Certains trouveront cela un peu fort, mais tout le monde sait que la cuisine dans un monastère est un lieu stratégique. On a beau vouloir lever les yeux au ciel et chercher Dieu, on le fait d’autant mieux quand son assiette est joliment garnie d’un menu savoureux et revigorant. Merci à Colette de nous avoir rendu ce service avec compétence et amitié.

Le 5 août, nous écoutons le témoignage de Claude Debbichi, engagée depuis de nombreuses années dans le dialogue islamo-chrétien et l’organisation « El Kalima ».

Le 13 août, après une journée sur l’intériorité avec Patrick Lens et une rencontre avec la pasteure Heike Sonnen, nous vivons durant les vêpres dominicales l’engagement en oblature de Pierre Cornet et de Jean-Philippe Meuter.

IMG_2727

IMG_2735

Le 24 août, frère François participe à l’engagement de trois travailleuses missionnaires de Banneux.

Le 2 septembre, nous travaillons au projet d’école de vie communautaire à Mambré avec les deux Olivier. Nous abordons le fondement anthropologique de l’aventure et la méthode de travail.

Le 3 septembre, en la fête du patron de notre monastère, nous prenons notre place dans la procession des fêtes septennales à Stavelot avec le clergé de la région et l’évêque de Liège Jean-Pierre Delville. La « dernière sortie des reliques », titre publié par la presse en 2003, était donc une « intox ». À la station de la chapelle des capucins, frère François commente l’hymne de saint Remacle provenant de notre office. Nous terminons cette belle journée par un repas festif.

DSCF0030

DSCF0036

Pour d’autres photos,
cliquez sur le lien :
Fêtes septennales de saint Remacle 2017

Au cours du mois de septembre, plusieurs petits frères de l’évangile viennent partager notre prière et notre travail: Yves Meyer d’origine alsacienne et ayant vécu longtemps avec les gitans, Gilles Tremblay, Canadien ayant vécu avec les Pygmées et aujourd’hui en région parisienne et Johan Spanhove, Brugeois vivant en Espagne et engagé dans la défense des droits des handicapés.

 Le 8 septembre, le curé de Solignac fait une conférence dans notre église sur les ostensions limousines.

Le 10 septembre, frère Étienne à l’orgue et sa nièce Sophie au violon nous offrent un magnifique concert. Dans la foulée, frère Étienne anime cinq jours d’une session originale alternant commentaires bibliques et prestations musicales sur différents orgues de la région : Spa, Mortroux, Beaufays,…

Le 12 septembre, nous fêtons le frère Guido qui revient fidèlement travailler à la poterie et reprendre sa place parmi nous. Il représente un lien vivant avec la communauté de Saint- André.

Frère Luc et frère Beto, accompagnés de Nicole Piront, visitent l’école de permaculture de Monsieur Jacquemart à Desnié.

maxresdefault

Le 17 septembre, la messe dominicale est vécue avec Michel Lambrechts et ses proches, en mémoire de Marie-Lou décédée à la suite d’une longue maladie. Elle faisait partie du groupe Taizé qui vient à Wavreumont depuis une quarantaine d’années.

Le 18 septembre, notre réunion communautaire est consacrée au premier degré d’humilité : la crainte de Dieu et l’oubli.

Le 23 septembre, les participants à la journée théologique se demandent avec frère Simon Pierre si Dieu est derrière la porte…