Au fil des jours : avril-mai-juin 2020

Pendant le confinement, nous confions à Monsieur Vincent Gaspar la création d’un nouvel autel de semaine. Son style s’harmonise avec celui de notre orgue. Il sera inauguré le 8 juin, date de la reprise du culte avec le public. En attendant, nous avons célébré chaque jour l’eucharistie au Moulin.

Lors d’une réunion communautaire, nous décidons de confier à des femmes proches de la communauté le service de l’homélie dominicale. Elles prendront donc leur place dans la tournante des frères qui commentent la Parole le dimanche. Il ne nous semble pas suffisant de souhaiter que les femmes aient plus de responsabilités dans l’Église, il faut aussi leur en donner l’occasion. Ceci n’est qu’une modeste mise en pratique de cette conviction.

Nos frères du Pérou sont également confinés, mais, alors qu’en Europe, nous commençons à nous décabaner, pour eux, cela se prolonge …

Nous profitons du calme inhabituel pour faire quelques travaux : remplacement de la citerne à mazout de l’hôtellerie, peinture de la rotonde à l’arrière du même bâtiment sous la houlette de frère Thomas entré au postulat à Pâques, rénovation de conduites d’égouts par la firme Trageco, placement de nouveaux néons à l’atelier de peinture,…

Le frère Étienne termine les corrections en vue de la reliure de nos nouveaux cahiers de l’office du temps ordinaire comportant textes des psaumes et antiennes.

Les frères reçoivent leurs masques anti-virus, noirs comme il se doit pour des bénédictins.

Nous consacrons une matinée à travailler un texte de Tomáš Halík, théologien tchèque, pour réfléchir à l’après confinement.

Frère Beto agrandit le potager et aménage une nouvelle serre ; quelques frères déplacent avec lui moult tonnes de terre dans le parc. Avec l’aide d’un voisin, nous abattons les arbres morts du bosquet devant la porterie.

Michèle Arnold et Anne-Françoise Gérard nous offrent les trois beaux volumes de « Vivre avec la terre », la bible de la permaculture. Encore de belles découvertes en perspective…

Frère Jean-Albert, en bon président de Mambré, rameute ses troupes par vidéo-conférence pour assurer l’accueil de l’été.

Frère Hubert accueille à nouveau des bénévoles pour le classement de la bibliothèque et cherche à déterminer le taux d’humidité dans les rayonnages pour le mémoire de Birte-Marianne en bibliophilie.

Xavier et frère Thomas se donnent du mal pour placer sur le site photos, textes, conférences et enregistrements audio afin de vous rejoindre malgré tout.

Frère Paul tient le cap du navire Sema Vinyl qui, heureusement, a pu continuer à fonctionner durant la crise.

Le dimanche de Pentecôte, Olivier et Delphine de « La Relève » viennent au monastère extraire le miel des ruches de Mambré. La récolte est d’environ 35 kg. Elle est déjà mise en pots, qui sont à votre disposition au magasin au prix de 8,00 € pièce, un délice !

Nous acceptons aussi les livres d’occasion pour les revendre au magasin ou garnir la bibliothèque de l’hôtellerie. S’adresser au frère Renaud.

Le 17 juin, frère Bernard nous écrit : « Vous qui l’avez bien connu, je viens vous faire part du décès cette nuit de notre ami Ildefonso. Depuis des années, sa santé déclinait lentement, puisque trois fois par semaine, il devrait subir une dialyse. Il y a quelques jours, il a perdu connaissance, victime sans doute d’un accident vasculaire cérébral. Ce n’est que grâce à sa nièce Sumac qui est médecin qu’on a pu lui trouver une place à l’hôpital. À cause des mesures de sécurité dues au coronavirus, personne n’a pu le visiter et cet après-midi, on ne pourra pas célébrer la messe d’adieux dans la chapelle de Ñaña. Pour rappel, Ildefonso a pris une part très active dans la construction du monastère de Chucuito. Il a aussi passé trois mois à Wavreumont lors de notre année jubilaire en 2000. Il a connu beaucoup d’épreuves dans la vie mais j’ai toujours admiré son courage et sa foi. Que le Seigneur l’accueille dans sa paix. »

Nous apprenons aussi le décès, au Chili, de Petit frère Benito Cassiers (Petit frère de Jésus), qui a été le maître d’œuvre de la construction de notre monastère à Chucuito.

L’hôtellerie s’organise pour vous accueillir en toute sécurité et ouvre lentement ses portes.

Si vous en avez les moyens et que vous souhaitez nous aider à mener à bien nos projets, vous pouvez faire un don sur le compte du Monastère Saint-Remacle : BE53 2480 4313 8253 (GEBABEBB).