21 FÈvrier 2012 : Messe des cendres en l' Egl. Sainte Anne de la Butte aux Cailles, Paris (75), France. February 21th, 2012 : Mass on Ash Wednesday. Sainte Anne de la Butte aux Cailles Ch., Paris (75), France.

Chaque temps liturgique porte en soi une bonne nouvelle. Les 40 jours de carême sont souvent compris comme une période de pénitence, d’exercices spirituels et de recentrement sur Dieu. Et tout cela est vrai, puisque le prophète Joël nous parle de jeûne, de larmes et de deuil pour faire retour au Seigneur.

Mais si nous laissons résonner ces trois pistes, elles nous amènent presqu’irrésistiblement aux béatitudes: Heureux ceux qui ont faim,… ceux qui pleurent, ceux qui sont pauvres et désarmés,…

Alors suffit-il d’être dépouillé pour être heureux ? Le bout du chemin est-il de partager la condition des petits ? La bonne nouvelle va plus au large et nous dit que c’est à partir de ces lieux, peu réjouissants à première vue, que nous pouvons réorienter notre désir, nous mettre en marche vers le bonheur que Dieu nous offre: sa joie.

Le carême est donc avant tout le temps du désir retrouvé, ravivé, réorienté.

Dans l’évangile, on entend sonner les « trompettes de la renommée », celles qui révèlent notre souci de nous faire remarquer, d’être le centre de l’attention; par contre, dans la première lecture, nous sommes pris aux entrailles par le shofar, au son strident et inhabituel, qui pour but de réveiller notre désir assoupi.

Quand nous sommes dans la désolation ou simplement étourdis par les aspects répétitifs de notre vie, il est sans doute important de faire le point à l’aide de notre raison.  » Soyez attentifs à vos chemins » répète le prophète Aggée. Prenons distance par rapport à nous-même et analysons, comprenons ce qui nous arrive. Où en sommes-nous dans notre vie ? Comprendre, c’est déjà apporter une lumière dans l’obscurité.

Pourtant, raisonner, réfléchir ou devenir raisonnable n’est pas le but ultime du carême.

Serait-il alors du côté de la volonté ? Il en faut de la volonté pour avancer dans la vie et persévérer dans les épreuves. A la mort de Moïse, Josué est appelé à prendre ses responsabilités pour faire entrer le peuple en terre promise. Il ne peut céder à la peur et le Seigneur lui adresse à plusieurs reprises cette parole:  » Sois fort et courageux. » C’est une prescription de Dieu.

Cependant la volonté à elle seule ne peut rien. Avec la raison, elle se met au service d’un plus grand: le désir. C’est lui qui met en route les premiers disciples de Jésus qui, se retournant, leur demande:  » Que cherchez – vous ? » Autrement dit:  » Quel est votre désir véritable ? »

Nous ne trouverons pas notre identité dans les belles façades et les splendides jardins que nous laissons voir de nous aux autres, mais dans la chambre la plus reculée de la maison, dans le secret de notre désir le plus profond là où le Père nous appelle et d’où il nous envoie.

Bon carême à tous.

Fr. Renaud Thon

Lectures de la messe :
Jl 2, 12-18
Ps 50 (51), 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17
2 Co 5, 20 – 6, 2
Mt 6, 1-6.16-18

© 2016 - Monastère Saint-Remacle de Wavreumont

Nous suivre :